La Chine coopère activement avec la communauté internationale dans un esprit ouvert et transparent pour lutter contre le COVID-19
2020/05/25

Depuis le début du COVID-19, la Chine a, dans un esprit ouvert, transparent et responsable, communiqué sans tarder les informations à l’OMS et aux autres pays concernés. Elle a publié les informations sur la séquence génétique du coronavirus dès qu’elle l’avait obtenue, partagé sans réserve avec les différentes parties des expériences en matière de contrôle et de traitement et fourni autant que possible du soutien et de l’aide aux pays qui en ont besoin. La Chine continuera de le faire et œuvrera avec la communauté internationale à vaincre le virus.

Voici des événements importants:

Le 27 décembre 2019, conformément à la procédure, docteure Zhang Jixian, Directrice du Département des pathologies respiratoires et des soins intensifs à l’Hôpital de Médecine chinoise et occidentale de la province du Hubei, Chine, a signalé à l'hôpital le diagnostic de 3 cas d’une pneumonie d'origine inconnue. Elle était la première à signaler des cas de pneumonie d'origine inconnue.

Le même jour, le Centre de prévention et de contrôle des maladies de Wuhan (Hubei) a mené une enquête épidémiologique et effectué des tests sur les patients concernés.

Le 30 décembre 2019, la Commission municipale de la Santé de Wuhan a notifié publiquement l’apparition de nouveaux cas de pneumonies à coronavirus.

Le 31 décembre 2019, Wuhan a publié une circulaire sur la situation de la pneumonie de cause inconnue. Le gouvernement chinois a dépêché une équipe de spécialistes au Hubei pour enquêter sur la situation.

Le même jour, la Chine a informé le Bureau de l’OMS en Chine de cas de pneumonie de cause inconnue détectés à Wuhan.

A partir du 3 janvier 2020, la Chine a commencé à communiquer régulièrement les informations sur le nouveau coronavirus à l’OMS, aux pays concernés et aux régions chinoises de Hong Kong, de Macao et de Taiwan.

Le 5 janvier, la Commission municipale de santé de Wuhan a mis à jour le briefing sur la situation de la pneumonie virale de cause inconnue, signalant un total de 59 cas. Les résultats des tests de laboratoire ont exclu la présence de pathogènes respiratoires, tels que la grippe, la grippe aviaire, l'adénovirus, le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère et le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient. La Chine a informé l'OMS des mises à jour de la flambée. L'OMS a publié son premier briefing sur les cas de pneumonie de cause inconnue à Wuhan.

Le 7 janvier, la Chine a achevé l’identification et le séquençage du virus.

Le 11 janvier, le Centre national de contrôle et de prévention des maladies de Chine mettait sur son site internet les 5 séquences intégrales du génome du virus, à disposition du monde entier et de l’OMS.

Le 23 janvier, Wuhan était déclarée « ville fermée ». Au moment de la fermeture de Wuhan, il y avait en Chine plus de 800 personnes contaminées et seulement 9 cas hors de Chine.

Le 27 janvier, Dans le cadre du mécanisme conjoint de prévention et de contrôle du Conseil des affaires d'État, la Chine a organisé une conférence de presse à Beijing pour donner des informations sur l'élaboration de mesures de prévention à base communautaire pour lutter contre la nouvelle épidémie de coronavirus. Depuis ce jour jusqu’à aujourd’hui, une telle conférence de presse a lieu tous les jours, publiant quotidiennement des données mises à jour, y compris de nouveaux cas confirmés, des personnes sorties de l'hôpital, des personnes qui avaient été en contact étroit avec des patients infectés et qui ont été libérées de l'observation médicale, des cas graves, décès, cas suspects, personnes sous traitement en quarantaine, contacts étroits encore sous observation médicale, données cumulées sur la partie continentale de la Chine ainsi que données rapportées aux régions chinoises de Hong Kong, de Macao et de Taiwan.

Le 30 janvier, l'OMS déclarait l’épidémie de COVID-19 « urgence de santé publique de portée internationale ».

Ce qui s'est passé est une attaque inattendue par un virus inconnu contre les êtres humains. Il faut du temps pour l'étudier et le comprendre. La Chine a fourni au monde des informations en temps opportun et de manière ouverte, transparente et responsable. Le fait d'être le premier pays à signaler des cas de COVID-19 ne signifie pas forcément que la Chine est l'origine du nouveau coronavirus. Face à une épidémie d’une telle soudaineté, la Chine n’a ni tardé à réagir ni caché la vérité. Elle a adopté les mesures les plus complètes, les plus rigoureuses et les plus strictes pour lutter contre le COVID-19, qui vont largement au-delà des exigences du Réglement sanitaire international. Dans leur lutte acharnée contre le coronavirus, les 1,4 milliard de Chinois se sont rassemblés. Ils ont payé un prix considérable et ont beaucoup sacrifié.

Selon un article publié dans la revue Science le 31 mars 2020 par des chercheurs chinois, américains et britanniques, la fermeture de Wuhan aurait permis d’éviter la contamination de 700 000 personnes. Cela montre bien que le peuple chinois, par ses immenses sacrifices a réussi à contenir et retarder efficacement la propagation du virus hors de son territoire.

Recommander à:   
Imprimer