Le Multilatéralisme est le meilleur choix
2019/06/04

YANG Xiaorong, Ambassadeur de Chine à Madagascar

Ces derniers temps, les frictions économiques et commerciales entre la Chine et les Etats-Unis ont attiré beaucoup d'attention de la communauté internationale. Des amis malagasy m'ont posé les questions suivantes: Quelle est la position de la Chine sur ce sujet? Quelle sera la perspective de ces frictions? Quelles seront les répercussions sur l'économie mondiale, et sur l'économie chinoise? A toutes ces questions, on trouvera des réponses claires dans « Position de la Chine sur les consultations économiques et commerciales sino-américaines» , livre blanc que le Bureau de l'Information du Conseil des Affaires d'Etat de Chine a publié le 2 juin.

Franchement, la Chine ne veut pas d'une guerre commerciale, étant donné que personne n'en sort gagnant. Une guerre commerciale n'est pas bonne pour la Chine, ni pour les Etats-Unis, et encore moins pour le reste du monde. Comme tout le monde le sait, ce n'est pas la Chine qui a tiré le premier coup du rehaussement des tarifs douaniers. Ce que la Chine a fait n'est qu'une contre-mesure. Les Perspectives économiques mondiales publiées par la Banque mondiale en janvier 2019 ont révisé à la baisse les prévisions de coissance économique pour 2019 à 2,9%. L'OMC a également abaissé ses prévisions de croissance du commerce mondial en 2019 de 3,7% à 2,6%, niveau le plus bas depuis trois ans.

A l'époque actuelle de la mondialisation, le monde est devenu un village planétaire où tout le monde s'est fortement intégré, et les pays sont rassemblés dans une communauté de destin où les intérêts de chacun sont étroitement interconnectés. La Chine et d'autres pays, y compris les États-Unis, font partie de la même chaîne de production et de valeur mondiale et se situent aux positions différentes. Ils sont interdépendants et inséparables. Les coopérations sont mutuellement bénéfiques et les querelles nuisent à tous. En effet, les pays développés se situent au sommet de la chaîne de production et de valeur mondiale, et ils réalisent un bénéfice net beaucoup plus important que la Chine dans les échanges bilatéraux. À titre d'exemple, dans la vente de chaque iphone marqué "Designé par Apple, assemblé en Chine", les États-Unis récoltent plus de 50% des bénéfices tandis que la Chine ne récupère que 2 à 4% à travers l'assemblage. En apparence, les Etats-Unis connaissent le déficit commercial, mais c'est la Chine qui subit le déséquilibre de profit. À cet égard, il est évidemment injuste de comptabiliser tous les excédents commerciaux à la Chine en tant qu'exportateur final.

Quelle est la solution? La Chine préconise toujours que la meilleure voie à la résolution des frictions économiques et commerciales est la négociation et la coopération. L'unilatéralisme, le protectionnisme commercial et le lancement des guerres commerciales ne peuvent que nuire aux autres n'est d'aucun avantage pour soi-même. Le seul choix correct et conforme à la tendance de l'ère, c'est de respecter le système commercial multilatéral et les règles de l'OMC et de s'en tenir au multilatéralisme, pour trouver un arrangement gagnant-gagnant mutuellement bénéfique par la négociation et la coopération.

La Chine porte toujours la plus grande sincérité pour faire avancer les négociations économiques et commerciales avec les Etats-Unis. Bien que l'administration des Etats-Unis exerce la pression ultime et modifie sans cesse ses exigences, la Chine est toujours disposée à chercher un accord gagnant-gagnant basé sur le principe d'égalité, de bénéfice mutuel et de respect réciproque par le biais de négociation.

Cependant, il y a des limites dans les négociations. La Chine ne peut accepter qu'un accord équilibré et gagnant-gagnant. Il est impossible pour elle d'abandonner ses intérêts fondamentaux et ses droits légitimes de développement pour parvenir à un accord. La Chine ne veut pas d'une guerre commerciale, mais elle n'en a pas peur et elle ripostera en cas de nécessité. La Chine agira de manière rationnelle, mais ne se soumettra pas à la pression et relèvera tous les défis qui se lancent à elle.

Certes, la guerre commerciale aura un impact sur l'économie chinoise, mais cet impact est limité et contrôlable. Au premier trimestre de cette année, le PIB chinois a augmenté de 6,4% par rapport à la même période de l'année précédente, bien supérieur aux prévisions initiales. Dans le dernier rapport sur les perspectives économiques mondiales publié par le Fonds monétaire international, la Chine est la seule grande économie à voir relever la prévision de croissance pour 2019. La Chine dispose d'un marché énorme de 1,4 milliard d'habitants et du plus grand groupe de personnes à revenu moyen du monde. La demande intérieure est devenue le moteur essentiel de l'économie chinoise. L'année dernière, le taux de contribution de la consommation à la croissance économique chinoise a atteint 76,2%. La Chine possède le système industriel le plus complet du monde et "Fabriqué en Chine" est apprécié des habitants de tous les pays en raison de son excellent rapport prix/qualité. La capacité d'innovation scientifique et technologique de la Chine ne cesse de s'améliorer. Le nombre des personnes de R&D en Chine s'est élevé à 4,18 millions en 2018, et l'investissement total en R&D de l'ensemble de la société chinoise a augmenté en moyenne de 20% par an depuis 2000. S'appuyant sur une solide base matérielle, une forte consommation intérieure et un vaste marge de manœuvre, l'économie chinoise est résiliente et ses perspectives sont prometteuses.

À l'avenir, la Chine continuera d'approfondir la réforme et l'ouverture, et sa porte s'ouvrira encore plus largement. Quelque soit l'évolution de la circonstance, la Chine reste attachée à sa propre cause. La Chine a élargi notablement l'accès aux marchés pour les investissements étrangers et renforcé l'ouverture du secteur des services. La Chine renforce sans cesse la protection de propriété intellectuelle. Elle a acquitté en 2018 un montant total de 35,8 milliards de dollars pour des droits de propriété intellectuelle étrangers, en devenant ainsi le quatrième importateur de brevets au monde. La Chine a organisé avec succès le deuxième Forum de « la Ceinture et la Route » sur la Coopération internationale, le Sommet de Beijing du Forum sur la Coopération sino-africaine et la première Exposition internationale d'Importation. À travers ces mesures concrètes et tangibles, la Chine partage avec les pays du monde entier les opportunités qu'offre son développement. Concernant les frictions économiques et commerciales sino-américaines, la Chine estime que le moyen de solution efficace est toujours le dialogue et la négociation. Nous espérons que les Etats-Unis peuvent joindre la Chine à mi-chemin et s'en tenir à l'esprit de respect mutuel, d'égalité et de bénéfice mutuel. Cela correspond aux intérêts tant de la Chine que des Etats-Unis, et se conforme aux attentes de tous les pays du monde.

La Chine continuera d'être un ferme défenseur du multilatéralisme. À l'heure actuelle, le monde se trouve à nouveau à la croisée des chemins de multilatéralisme ou d'unilatéralisme, de règle ou de suprématie, de libre-échange ou de protectionnisme. Le monde a plus que jamais besoin du multilatéralisme. La Chine continuera résolument à préserver le système multilatéral international ayant pour noyau l'ONU, soutiendra par exemple l'Accord de Paris et participera activement aux activités de l'UNESCO, etc. Elle souhaite approfondir la coopération avec tous les pays du monde, y compris les pays africains, dans un esprit d'avantages mutuels où toutes les parties en tirent leurs bénéfices, afin de promouvoir le multilatéralisme et de réaliser un développement commun.

Recommander à:   
Imprimer