Madagascar cadre bien dans l'esprit de la "Ceinture et la Route", juge son président
2017/01/23
 

ANTANANARIVO, 18 janvier (Xinhua) -- "Je pense que Madagascar cadre bien dans l'esprit de 'la Ceinture et la Route' de la Chine", a indiqué le président malgache Hery Rajaonarimampianina dans un entretien exclusif accordé à Xinhua.

D'après lui, il y a "vraiment" un intérêt économique et social fort pour son pays dans le cadre de cette initiative. "Madagascar, qui est en pleine reconstruction aujourd'hui, accorde une grande priorité au niveau des infrastructures (...) Ca peut aller de la route aux ports, aux aéroports, aux zones industrielles, etc.", détaille M. Rajaonarimampianina.

"Mais en parlant uniquement de la route par exemple, je veux parler bien évidemment des routes d'intérêts économique et social (...) Mais on peut étendre cela au niveau du pays. Il y a beaucoup d'infrastructures qui sont nécessaires pour assurer le développement des secteurs dont j'ai parlé", a-t-il fait savoir.

Recevant le 7 janvier le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, le président malgache a déclaré que l'amitié entre Madagascar et la Chine reposait sur une longue histoire et que son pays se félicitait de l'initiative "la Ceinture et la Route" proposée en 2013 par le président chinois Xi Jinping.

A cette occasion, "nous avons fait un tour d' horizon des relations entre les deux pays et regardé comment on devait renforcer ces relations, notamment aux regards des intérêts des pays respectifs -au niveau social, au niveau politique et au niveau économique, tout en analysant le contexte international dans lequel il est important de renforcer les coopérations entre les pays, entre les continents", a-t-il dit.

"La Chine a manifesté sa volonté de travailler de manière de plus en plus visible, de plus en plus forte avec l'Afrique. Avec cette nouvelle Route de la soie, et d'autres stratégies économiques de la Chine, les deux pays partagent des intérêts mutuels. Les besoins de Madagascar pour son développement ont aussi été discutés, que ce soit au niveau des secteurs jugés importants tels que l'agriculture, la pêche, le tourisme, les mines et l'énergie", a ajouté M. Rajaonarimampianina.

Lors d'une conférence de presse à l'issue de sa visite, M. Wang a déclaré que l'agriculture, la pêche, le tourisme, l'aviation régionale et les infrastructures étaient les cinq secteurs prioritaires dans la coopération sino-malgache.

Sur ce point, le président malgache a noté que "ces cinq secteurs sont fort heureusement très bien indiqués comme des priorités" dans le cadre du Plan national de développement (PND) du pays. "La route est bien tracée, les projets sont déjà là. Donc il s'agit maintenant de bien préciser et de mettre en œuvre ces différents projets pour pouvoir les transformer en réalité".

"Je crois qu'aujourd'hui nous avons tout intérêt à renforcer, à développer cette coopération. La Chine a construit le Palais des sports de Madagascar. Donc cela s'adresse à la jeunesse, à la majorité de la population. Ce sont des projets qui ne font que renforcer cette relation à la fois culturelle et les relations entre les deux peuples", a-t-il poursuivi.

Le président malgache a également estimé que le secteur agricole était un secteur important dans lequel les deux pays pouvaient se concentrer et dans lequel les résultats peuvent être très rapides. Tout comme la pêche qui "est un secteur qui peut se développer rapidement, avec des variétés de produits à fournir, une surface marine qui est tout aussi importante que la surface terrestre, avec toute une multitude de ressources. Ce sont des opportunités existantes", a-t-il vanté.

Il a rappelé qu'on fêtait cette année le 45e anniversaire de l'établissement des relations bilatérales sino-malgaches. "Il y a des projets en cours au niveau des infrastructures. On a construit des routes dans le cadre de la Francophonie à Antananarivo qui sont réalisées par des sociétés chinoises, on a des projets au niveau de l'énergie aussi, des projets au niveau agricole, des projets au niveau médical et ce depuis longtemps, parce qu'on a des équipes médicales chinoises qui travaillent à Madagascar depuis longtemps (...) dans quelques régions" pays, a-t-il énuméré en citant aussi des constructions d'hôpitaux.

Les opportunités sont donc présentes à Madagascar et le chef de l'Etat invite "vraiment" les investisseurs chinois à venir à les saisir. "Le plus important est l'adaptation à la masse de la population qui travaille dans l'agriculture, car développer l'agriculture apportera un mieux-être" aux Malgaches, dont 70 à 90% travaillent dans l'agriculture, précise M. Rajaonarimampianina.

Recommander à:   
Imprimer