Conférence de presse du 1er février 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2021/02/01

Tôt ce matin, un lot de vaccins inactivés contre la COVID-19 donnés par le gouvernement chinois au Pakistan est arrivé à Islamabad, capitale du Pakistan. C'est la première aide de vaccins fournie à l'étranger par le gouvernement chinois et une mesure concrète pour mettre en œuvre la déclaration du Président Xi Jinping de faire des vaccins un bien public mondial.

La Chine et le Pakistan sont des partenaires de coopération stratégique à toute épreuve. Depuis le début de la pandémie, les deux pays se soutiennent et s'entraident. L'année dernière, au moment où la Chine traversait la période la plus difficile de sa lutte contre l'épidémie, le Pakistan lui a apporté un soutien précieux et a été l'un des premiers pays à lui donner des matériels médicaux. Une fois sa situation épidémique apaisée sur le plan intérieur, la Chine a également soutenu la lutte contre l'épidémie du Pakistan par la fourniture de matériels médicaux, l'envoi d'équipes d'experts et d'autres moyens.

Les vaccins constituent un domaine important de la coopération sino-pakistanaise dans la lutte contre l'épidémie. Cette coopération illustre non seulement l'entraide sincère entre la Chine et le Pakistan en tant que partenaires de coopération stratégique à toute épreuve, mais aussi les efforts communs de ces deux pays en développement visant à faire des vaccins un bien public mondial et à améliorer l'accessibilité et l'abordabilité des vaccins dans les pays en développement.

Le virus ne connaît pas de frontières et l'humanité partage un avenir commun. La coopération solidaire est l'arme la plus puissante pour vaincre la pandémie. Nous espérons que toutes les parties prendront des actions concrètes pour offrir davantage de vaccins aux pays en développement et en favoriser une distribution et une utilisation équitables dans le monde entier, de manière à contribuer à vaincre la pandémie dans les plus brefs délais.

Bloomberg : L'armée du Myanmar a arrêté la Conseillère d'État du Myanmar Aung San Suu Kyi, invalidé l'élection de son parti en novembre dernier, et déclaré un « état d'urgence » dans le pays pour une durée d'un an. L'armée a dit que cette action était une réponse à sa « fraude électorale » et que des élections libres et équitables se tiendraient au sortir de l'état d'urgence. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères sur la situation actuelle du Myanmar ?

Wang Wenbin : Nous avons remarqué ce qui s'est passé au Myanmar et sommes en train de nous renseigner pour plus d'informations. La Chine est un pays voisin et ami du Myanmar. Nous espérons que les parties concernées du Myanmar géreront de manière appropriée leurs divergences dans le cadre de la Constitution et de la loi et préserveront la stabilité politique et sociale.

CNR : Selon les informations que vous venez de publier, le Pakistan est le premier pays à qui la Chine a fourni une aide de vaccins contre la COVID-19. Pourriez-vous nous dire si la Chine a l'intention d'accorder une aide de vaccins à d'autres pays ou d'exporter des vaccins en leur faveur, et combien d'autres pays ont bénéficié des exportations de vaccins chinois ?

Wang Wenbin : La Chine prend toujours des actions concrètes pour mettre en œuvre la déclaration importante du Président Xi Jinping de faire des vaccins chinois un bien publique mondial une fois qu'ils seront développés et homologués, pour apporter une contribution chinoise à la réalisation de l'accessibilité et de l'abordabilité des vaccins dans les pays en développement. C'est notre engagement, et aussi notre action.

Premièrement, à part le Pakistan, la Chine fournit également des aides vaccinales à 13 pays en développement, à savoir le Brunéi Darussalam, le Népal, les Philippines, le Myanmar, le Cambodge, le Laos, le Sri Lanka, la Mongolie, la Palestine, le Bélarus, la Sierra Leone, le Zimbabwe et la Guinée équatoriale. Dans la prochaine étape, nous fournirons des vaccins à 38 autres pays en développement qui en ont besoin. Nous participons aussi activement au mécanisme COVAX de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et offrirons des vaccins aux pays en développement par le biais du mécanisme.

Deuxièmement, la Chine soutient les entreprises chinoises dans leur coopération sur la recherche et le développement (R&D) et la production de vaccins avec leurs partenaires étrangers. Nous avons déjà exporté des vaccins de Sinopharm et Sinovac Biotech vers des pays où nous avons mené des essais cliniques, à savoir les Émirats arabes unis, le Maroc, l'Indonésie, la Turquie, le Brésil et le Chili.

Troisièmement, la Chine soutient les entreprises concernées pour exporter des vaccins vers des pays qui en ont un besoin urgent, ont homologué les vaccins chinois et autorisé leur utilisation d'urgence. Par exemple, les vaccins exportés par des entreprises chinoises vers la Serbie sont arrivés peu avant dans le pays et la vaccination y a déjà commencé. Actuellement, de plus en plus de pays ont homologué des vaccins chinois.

Il exige des efforts conjoints de la communauté internationale pour faire face à la COVID-19. La Chine continuera de fournir des vaccins aux pays concernés, en particulier aux pays en développement, en temps opportun et dans la mesure de ses capacités, afin d'apporter sa propre contribution à la création d'une communauté de santé pour tous. Nous attendons également les efforts conjoints de la communauté internationale pour favoriser la distribution et l'utilisation équitables des vaccins dans le monde et assurer l'accessibilité et l'abordabilité des vaccins dans les pays en développement.

Prasar Bharati : Le navire indien est bloqué dans le port de Caofeidian depuis plusieurs mois, combien de temps encore faut-il à la Chine pour déterminer la date de déchargement ? Pourquoi le gouvernement chinois n'autorise-t-il pas l'appareillage du navire ou le changement d'équipage ? Selon des reportages, la partie chinoise a montré un relâchement dans la fourniture relativement lente de l'assistance médicale aux membres d'équipage malades. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Wang Wenbin : Les départements chinois concernés maintiennent toujours des échanges étroits avec la partie indienne pour répondre en temps utile à ses revendications concernées, lui proposer des conseils pragmatiques en matière de rotation d'équipage et lui donner des facilités et assistances nécessaires dans le respect des dispositions concernées sur la prévention de l'épidémie.

Quant à votre question de savoir si l'affréteur est disposé à ajuster l'arrangement de transport, c'est à lui de prendre la décision.

Kyodo News : En ce qui concerne les Jeux Olympiques (JO), le 4 février, nous serons à un an de l'ouverture des JO d'hiver de Beijing. Dans le contexte de la pandémie mondiale de COVID-19, quelle est la signification des JO d'hiver pour la Chine ? De plus, la tenue des JO de Tokyo en été prochain est encore incertaine. Si les JO d'été de Tokyo ne peuvent pas être organisés comme prévu, quel sera l'impact sur les JO d'hiver de Beijing ?

Wang Wenbin : Sur votre première question, le Président Xi Jinping s'est entretenu par téléphone avec le Président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach la semaine dernière. Les deux parties sont parvenues à un important consensus sur la lutte contre l'impact épidémique, l'assurance de la tenue des JO d'hiver de Beijing en toute sécurité et dans d'heureuses conditions et la promotion du développement régulier et sain du Mouvement olympique. La Chine a publié un bulletin d'information là-dessus.

Je voudrais ici souligner que la Chine a pris les devants pour contrôler l'épidémie dans le pays et réaliser une reprise économique, créant ainsi des conditions propices au bon déroulement des JO d'hiver de Beijing. Nous avons mis en œuvre des mesures strictes de prévention et de contrôle, surmonté l'impact de la pandémie et fait en sorte que les travaux préparatoires des JO d'hiver avancent à pas assurés, recevant une pleine appréciation et un soutien énergique de la communauté internationale, y compris le CIO. Nous avons toute la confiance de faire des JO d'hiver de Beijing un grand événement olympique splendide, extraordinaire et excellent. Comme l'a indiqué le Président Xi Jinping, nous croyons qu'avec un soutien énergique de diverses parties, la Chine accomplira certainement tous les travaux préparatoires nécessaires comme prévu et s'assurera de la réussite complète des JO d'hiver de Beijing. Beijing, en tant que seule ville au monde à accueillir à la fois les JO d'été et d'hiver, apportera sa contribution unique au Mouvement olympique international.

Sur votre deuxième question, selon des informations, le CIO et la partie japonaise travaillent activement pour élaborer un plan de prévention et de contrôle de la pandémie lors des JO de Tokyo et s'efforcent de promouvoir les travaux préparatoires. La Chine continuera d'appuyer sans réserve le CIO et le Japon pour faire des JO de Tokyo une édition sûre et réussie des JO.

The Paper : Un gérant de magasin chinois engagé dans la fabrication des t-shirts personnalisés a récemment fait une dénonciation non anonyme sur WeChat, affirmant qu'un membre du personnel de l'Ambassade du Canada en Chine avait commandé des t-shirts avec le motif « chauve-souris de Wuhan » en juillet dernier. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : Nous avons également remarqué les reportages concernés. Le nouveau coronavirus est un ennemi commun de l'humanité. L'OMS et la communauté internationale s'opposent clairement à l'association du virus à des pays et régions spécifiques, à la stigmatisation et à l'étiquetage. Le Premier Ministre du Canada et la Ministre canadienne de la Santé ont également fait des déclarations similaires à plusieurs reprises.

Le personnel diplomatique et consulaire en poste à l'étranger de tout pays du monde doit se conformer strictement à la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, à la Convention de Vienne sur les relations consulaires et aux lois et règlements des pays d'accueil. En tant que diplomate de l'Ambassade du Canada en Chine, la personne concernée n'est pas digne de son statut par ses propos et actes et s'écarte de la position constante de la haute fonction publique de l'administration canadienne. La partie chinoise a été choquée par cela et a effectué une démarche solennelle auprès de l'Ambassade du Canada en Chine, demandant à la partie canadienne de procéder immédiatement à une enquête complète sur l'affaire et de donner une explication claire à la Chine.

Global Times : Selon des reportages, le Conseil atlantique des États-Unis a récemment publié un rapport anonyme sur la Chine, incitant à une guerre froide contre la Chine. Certains médias l'ont comparé au « long télégramme » de George Kennan, l'appelant le « télégramme plus long ». Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Ce prétendu rapport a été publié de manière anonyme, ce qui a pleinement exposé la mentalité sombre et lâche de certaines personnes. Dans le monde d'aujourd'hui, s'engager dans une « nouvelle guerre froide » et une confrontation idéologique va à l'encontre de la tendance du temps et est impopulaire. Le cri à un changement de régime en Chine et la tentative de contenir le développement de la Chine sont encore plus une pure imagination !

Qu'il s'agisse du rapport anonyme du Conseil atlantique ou de la diffamation et des attaques contre le Parti communiste chinois (PCC) par Mike Pompeo et ses semblables, ce sont tous des « recueils de mensonges » et des « théories du complot » remplis de calomnies. Le PCC œuvre pour le bien-être du peuple chinois, le renouveau de la nation et l'harmonie du monde. Il est droit et magnanime, et jouit de beaucoup de soutien en entreprenant une cause juste. Les mensonges et diffamations ne peuvent pas empêcher les progrès de la Chine. Toutes tentatives d'ingérence dans les affaires intérieures de la Chine et de changement du régime politique chinois feront l'objet d'un coup dur du peuple chinois. Toutes les forces qui sèment l'hostilité entre les peuples chinois et américain et tentent de pousser la relation sino-américaine vers la confrontation et le conflit deviendront sûrement des personnes condamnées par l'histoire et seront vouées à la défaite complète.

Shenzhen TV : Selon des reportages, le Lowy Institute, un think tank australien, a récemment publié un classement de 98 pays et régions en termes de performance de réponse à la pandémie. La partie continentale de la Chine n'a pas été incluse dans cette enquête en raison d'un manque de données accessibles au public. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : Depuis l'apparition de l'épidémie, la Chine a mis en place le système de divulgation d'informations le plus strict, le plus professionnel et le plus efficace, permettant de publier sans délai des informations faisant autorité. La ville de Wuhan a commencé le 31 décembre 2019 à publier des informations sur l'épidémie conformément à la loi et a progressivement augmenté la fréquence de diffusion d'informations. Depuis le 3 janvier 2020, la Chine est activement en étroite communication avec l'OMS ainsi que les pays et les régions concernés par le biais du Règlement sanitaire international (RSI) et d'autres canaux pour partager des informations sur la COVID-19 de manière ouverte et transparente. À partir du 21 janvier 2020, les départements concernés ont commencé à publier quotidiennement des informations sur l'épidémie à l'échelle nationale. Les institutions technologiques concernées de la Chine ont mené des échanges techniques avec plus de 180 pays et plus de 10 organisations internationales et régionales. En juin 2020, la Chine a publié un livre blanc intitulé Combattre la COVID-19 : la Chine en action, qui détaille les progrès d'étape de la lutte de la Chine contre l'épidémie.

Pour apprécier la performance d'un pays ou d'une région dans sa lutte contre l'épidémie, l'essentiel est de laisser parler les faits. La Chine insiste toujours sur la primauté du peuple et de la vie et a pris les mesures de prévention et de contrôle les plus globales, les plus strictes et les plus drastiques. La Chine a essentiellement freiné la propagation de la COVID-19 en plus d'un mois, ramené l'augmentation journalière de nouveaux cas locaux à moins de 10 en environ deux mois, a remporté la victoire décisive de la bataille de défense de Wuhan et du Hubei en quelque trois mois. Les faits ont prouvé que sous la direction du PCC, les mesures de prévention et de contrôle prises par le gouvernement chinois ont efficacement sauvegardé la vie et la santé du peuple chinois. Selon un rapport de recherche publié sur la revue Science, les mesures prises par la Chine ont permis d'éviter plus de 700 000 cas d'infection supplémentaires dans le pays. Un sondage d'opinion mené par un institut singapourien montre que les Chinois ont le taux de satisfaction le plus élevé pour la performance de leur gouvernement dans la lutte contre l'épidémie.

Tout en garantissant la prévention et le contrôle de l'épidémie dans le pays, la Chine a également participé activement à la coopération internationale dans la lutte antiépidémique avec une attitude transparente et responsable, tout en la promouvant activement. La Chine a été le premier pays à signaler la situation de l'épidémie à l'OMS, a publié dans les plus brefs délais la séquence génétique du nouveau coronavirus et d'autres informations clés, communiqué sans tarder les protocoles diagnostiques et thérapeutiques ainsi que les plans de prévention et de contrôle, et a pris diverses mesures pour contribuer à la réalisation de l'accessibilité et de l'abordabilité des vaccins dans les pays en développement. Nous continuerons de travailler avec la communauté internationale pour faire progresser la coopération antiépidémique et déployer des efforts conjoints inlassables dans le but de vaincre complètement la COVID-19 dès que possible.

Beijing Daily : Selon des reportages, le Président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré des sanctions contre les quatre entreprises chinoises et les trois citoyens chinois ayant participé au rachat de l'entreprise Motor Sich. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : Nous avons remarqué les reportages concernés. La Chine s'oppose depuis toujours aux sanctions unilatérales imposées par des gouvernements étrangers aux entreprises chinoises. Dans le même temps, nous demandons toujours aux entreprises chinoises de respecter la loi dans leur développement à l'étranger. Nous espérons que la partie ukrainienne préservera, conformément à la loi, les droits et intérêts légaux des entreprises et investisseurs chinois.

Prasar Bharati : Selon votre estimation, quand la Chine publiera-t-elle les données des essais cliniques de phase III des vaccins chinois ?

Wang Wenbin : Ce que je peux vous dire, c'est que les entreprises chinoises de R&D de vaccins observent strictement la loi scientifique et les exigences réglementaires, font de leur mieux pour promouvoir la R&D de vaccins anti-COVID-19 et mènent activement la coopération internationale. Quant à votre question, je vous propose de vous renseigner auprès des autorités compétentes.

Bloomberg : Selon Financial Times, des entreprises multinationales qui se développent en Asie envisagent d'exclure Hong Kong de leurs contrats juridiques dans leur développement et l'opération de leurs joint-ventures à cause des actions récentes prises par la Chine. Le reportage a également mentionné que des avocats à Hong Kong avaient reçu de nombreuses questions y relatives de leurs clients. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Wang Wenbin : Hong Kong est une société de droit, dont l'indice sur l'État de droit se classe au premier rang à l'échelle mondiale. Depuis l'élaboration et l'application de la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, le système juridique de Hong Kong s'est davantage perfectionné et l'environnement d'affaires s'est encore plus amélioré. Tel est un fait objectif indéniable. Le gouvernement central continuera de soutenir de son mieux Hong Kong dans ses efforts visant à consolider et à renforcer son rôle de place financière mondiale, de hub de transport maritime international et de centre du commerce international, à construire un centre international de service juridique et de règlement des litiges dans la région Asie-Pacifique, et à maintenir la prospérité et la stabilité à long terme. Nous sommes pleinement confiants en un avenir radieux de Hong Kong.

FSN : Selon des reportages, la situation actuelle au Myanmar a eu des impacts sur le Corridor économique Chine-Myanmar (CECM). Pourriez-vous présenter plus précisément la position de la Chine ?

Wang Wenbin : Je tiens à réitérer que la Chine est un pays voisin et ami du Myanmar, et que nous espérons que les diverses parties au Myanmar géreront adéquatement leurs divergences dans le cadre de la Constitution et de la loi en vue de sauvegarder la stabilité politique et sociale.

Recommander à:   
Imprimer