Conférence de presse du 27 septembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/09/27

Q : Le directeur du Bureau de la politique nationale de contrôle de la drogue de la Maison Blanche, Jim Carroll, a fait une visite en Chine ces derniers jours. Interviewé au cours de la visite, il a déclaré que les États-Unis avaient établi une coopération et renforcé la confiance mutuelle avec la Chine et s'étaient rendu pleinement compte de l'engagement de la Chine dans la lutte contre le trafic d'opioïdes. Quel est votre commentaire au sujet de la visite de Jim Carroll ?

R : En ce qui concerne la visite du directeur du Bureau de la politique nationale de contrôle de la drogue de la Maison Blanche, Jim Carroll, le Ministère chinois de la Sécurité publique a publié un compte rendu. Vous pouvez le consulter.

Autant que je sache, lors de cette visite, le Conseiller d'État et directeur du Comité national de contrôle des stupéfiants Zhao Kezhi, et le directeur adjoint dudit comité Liu Yuejin ont respectivement rencontré le directeur Jim Carroll. Par ailleurs, Jim Carroll a visité le laboratoire national de stupéfiants de Chine, le centre de distribution EMS de Beijing et le centre de supervision de la livraison express internationale dans la zone franche de Tianzhu à Beijing, pour échanger des points de vue approfondis avec la partie chinoise sur les techniques de traçage et d'analyse de la drogue, les mesures de prévention des infractions relatives à la drogue par les livraisons et la logistique et à la réglementation des substances basées sur le fentanyl. Le directeur Carroll a remercié les efforts chinois visant à appliquer une gestion complète des substances à base de fentanyl. Il a exprimé son intention de renforcer la coopération pragmatique avec la Chine sur le contrôle de la drogue et de faire un compte rendu fidèle aux dirigeants américains et des différents milieux de la société de ce qu'il avait vu et appris en Chine, ainsi que du consensus dégagé avec la Chine.

Je tiens à souligner que le gouvernement chinois attache toujours une grande importance à la lutte contre la drogue, applique strictement la politique anti-drogue et adopte toujours une attitude de tolérance zéro à l'égard de la drogue. La Chine a commencé, à partir du 1er mai 2019, à pratiquer une gestion complète des substances à base de fentanyl et a beaucoup travaillé sur l'élaboration de documents juridiques, le contrôle, la lutte et le lancement d'opérations spéciales pour mettre fin aux ventes en ligne de substances à base de fentanyl. Cela montre la détermination du gouvernement chinois à protéger la sécurité et la santé de la population chinoise et son sens de la responsabilité dans la lutte mondiale contre la drogue et la préservation de la sécurité et de la stabilité dans le monde. La Chine entend travailler de concert avec les États-Unis pour faire de la coopération en matière de lutte contre la drogue un moment fort des relations bilatérales et apporter sa contribution au contrôle mondial des substances similaires au fentanyl et à la sécurité et à la santé de la population mondiale.

Q : Selon des reportages, le Président russe Vladimir Poutine a proposé aux dirigeants de plusieurs pays, y compris les membres de l'OTAN, d'instaurer un moratoire sur le déploiement de missiles à portée intermédiaire et à courte portée en Europe et dans d'autres régions. Jeudi, le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a confirmé que les principaux pays d'Europe et d'Asie et les organisations internationales avaient été informés de la proposition de Poutine. La Chine a-t-elle été informée de la proposition russe ? Quelle est la position de la Chine quant à une telle proposition ?

R : La Chine a été informée de la proposition de la partie russe.

Nous avons exposé notre position sur les missiles à portée intermédiaire. En particulier, nous nous opposons fermement au déploiement par les États-Unis de missiles terrestres à portée intermédiaire aux portes d'autrui. Le déploiement de missiles à portée intermédiaire, que ce soit en Europe ou dans la région Asie-Pacifique, aurait un impact négatif dans le monde entier. Cela porterait gravement atteinte à la confiance entre les grands pays, aggraverait la sécurité régionale, affaiblirait le régime international de contrôle des armements et de non-prolifération et porterait atteinte à l'équilibre et à la stabilité stratégiques.

Nous exhortons le pays concerné à faire preuve de retenue concernant le déploiement de missiles à portée intermédiaire et à agir de manière prudente avec une haute conscience des responsabilités.

Q : L'AFP a cité des sources de sécurité qui auraient suspecté une série d'attaques informatiques contre Airbus liées au gouvernement chinois. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?

R : Il semble que vous ayez posé la question à la place de l'AFP. (Le journaliste rit.)

Les médias ont récemment fait état de nombreuses attaques informatiques. Dans ces reportages, les parties concernées ont tenté de blâmer et de salir la réputation de la Chine sans produire aucune preuve. Une telle pratique n'est ni professionnelle ni responsable, et même nourrie d'intentions inavouables.

Je peux vous dire clairement que la Chine est un ferme défenseur de la cyber-sécurité et s'oppose aux cyberattaques sous toutes leurs formes. Nous menons des enquêtes et combattons, en vertu de la loi, les cyberattaques lancées sur le territoire chinois ou via l'utilisation des cyberinfrastructures chinoises. Cette position est constante et claire.

J'appelle une nouvelle fois toutes les parties à lutter ensemble contre les menaces à la cybersécurité par le dialogue et la coopération sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des avantages mutuels.

Q : Le Président Kim Jong-un viendra-t-il à Beijing ou dans le nord-est de la Chine pour célébrer le 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques avec la Chine ?

R : Ce que je peux vous dire, c'est que nos deux pays et nos deux partis maintiennent une bonne tradition d'échanges amicaux. Cela favorise la paix et la stabilité dans la région et le règlement judicieux des questions concernées.

Q : Selon des médias taiwanais, une employée du bureau de Taipei à New York a assisté à une réunion sur les questions religieuses organisée par les États-Unis au siège de l'ONU et a qualifié cela de « percée diplomatique ». Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La réunion que vous avez mentionnée n'est pas une réunion de l'ONU. Il s'agit simplement d'un événement parallèle tenu par les États-Unis dans une salle de l'ONU. Une employée du bureau de Taipei à New York s'est faufilée au siège de l'ONU de manière furtive, ce qui porte atteinte à sa propre dignité. Et pourtant, elle a déclaré qu'il s'agissait d'une « percée diplomatique ». Une telle petite ruse est scandaleuse et est risible.

L'ONU a répété à maintes reprises qu'elle traitait les questions relatives à Taiwan conformément à la résolution 2758 de l'Assemblée générale des Nations Unies. La grande majorité des pays membres de l'ONU restent attachés au principe d'une seule Chine. La tentative des autorités de Taiwan n'aboutira pas.

Q : Selon des reportages, l'ambassade de Chine au Japon a organisé hier une réception pour célébrer le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine. Le Premier Ministre japonais Shinzo Abe y a envoyé un message vidéo de félicitations. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

R : Cette année marque le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine. Le Premier Ministre japonais Shinzo Abe a envoyé un message vidéo de félicitations au peuple chinois. Il a également réaffirmé sa volonté active de développer les relations sino-japonaises. La Chine exprime son appréciation à cet égard. Nous pensons que ce geste illustre l'élan favorable de l'amélioration des relations bilatérales.

En juin de cette année, les dirigeants chinois et japonais ont tenu une rencontre fructueuse à Osaka, dégageant un consensus important sur la construction de relations bilatérales conformes à la demande de la nouvelle ère. La Chine est prête à travailler avec le Japon pour renforcer l'interaction bénéfique, gérer les divergences et les problèmes de manière constructive et promouvoir un développement durable, sain et régulier des relations sino-japonaises sur la base des principes énoncés dans les quatre documents politiques sino-japonais.

Q : Des dirigeants étrangers seront-ils invités à la conférence commémorative, au défilé militaire et au défilé civil qui auront lieu le 1er octobre pour célébrer le 70e anniversaire de la fête nationale chinoise ?

R : La question a déjà été abordée lors d'une conférence de presse organisée il y a quelques jours par le Centre de presse pour la célébration du 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine. À ma connaissance, la réponse est non.

J'ai présenté ici l'autre jour des informations sur « Parcours glorieux ·Réalisations magnifiques -- Exposition sur les grands succès pour célébrer le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine ». Le 25 septembre, à l'invitation du Ministère chinois des Affaires étrangères, plus de 150 chefs de missions diplomatiques accrédités en Chine venant de 130 pays, et des représentants d'organisations internationales, ont visité l'exposition. Ils ont chaleureusement salué les accomplissements extraordinaires réalisés par la Chine dans le développement national depuis 70 ans, vivement félicité la Chine pour sa contribution importante à la paix et au développement du monde, et salué les résultats fructueux obtenus dans la coopération internationale dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route ». Ils ont exprimé leur souhait commun de voir la Chine jouer un rôle plus important dans les affaires internationales.

Le 30 septembre, le Centre de presse pour la célébration du 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine invitera des journalistes étrangers, y compris des correspondants étrangers en Chine, à visiter cette exposition. Vous êtes les bienvenus à l'occasion de cette visite. Je crois que ce sera une visite merveilleuse et fructueuse.

Selon le programme des jours fériés de la Fête nationale 2019, la conférence de presse de notre Ministère sera suspendue du 1er au 7 octobre, et reprendra le 8 octobre. Pendant l'intervalle, le bureau du porte-parole répondra à vos questions par télécopie, courrier électronique ou WeChat. La conférence de presse du 30 septembre se tiendra comme d'habitude.

Recommander à:   
Imprimer