Conférence de presse du 27 octobre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2021-10-27 03:19

The Paper : Selon des reportages, le 26 octobre, le Secrétaire d'État américain Antony Blinken a publié une déclaration indiquant que la participation significative de Taiwan au système des Nations Unies n'est pas une question politique, mais une question pragmatique. Selon lui, les États-Unis encouragent tous les États membres des Nations Unies à se joindre à eux pour soutenir la participation agissante et significative de Taiwan au système des Nations Unies et à la communauté internationale, ce qui est conforme à la politique d'« une seule Chine » des États-Unis guidée par l'Acte des relations avec Taiwan, les trois communiqués conjoints sino-américains et les « six assurances » à Taiwan. Quelle est la réponse de la Chine à cela ?

Zhao Lijian : La déclaration des États-Unis viole gravement le principe d'une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains, la promesse qu'ils ont faite et les normes fondamentales régissant les relations internationales, envoyant des signaux extrêmement erronés aux forces prônant l'« indépendance de Taiwan ». La Chine y exprime son fort mécontentement et sa ferme opposition. Elle a déjà clairement fait part de sa position solennelle auprès des États-Unis et leur a formulé des représentations solennelles. Je tiens à souligner notre position de base en quatre points :

Premièrement, il n'y a qu'une seule Chine dans le monde, le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légal représentant l'ensemble de la Chine, et Taiwan fait partie intégrante du territoire chinois. Au total, 180 pays du monde, dont les États-Unis, ont établi des relations diplomatiques avec la Chine sur la base d'un engagement envers le principe d'une seule Chine. Le principe d'une seule Chine est un consensus largement partagé par la communauté internationale et une norme universellement reconnue régissant les relations internationales, qui ne permet pas une remise en cause unilatérale ou une déformation par la partie américaine. Les États-Unis reconnaissent sans équivoque dans les trois communiqués conjoints sino-américains que le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légal de la Chine. Dans ce contexte, le peuple des États-Unis maintiendra des relations culturelles, commerciales et d'autres relations non officielles avec la population de Taiwan.

Deuxièmement, la participation de Taiwan aux activités des organisations internationales doit être traitée conformément au principe d'une seule Chine. La résolution 2758 de l'Assemblée générale des Nations Unies a résolu définitivement la question du droit de représentation de la Chine aux Nations Unies en termes politique, juridique et procédural. Le système des Nations Unies, ainsi que les institutions spécialisées et le Secrétariat des Nations Unies doivent se conformer au principe d'une seule Chine et à la résolution 2758 de l'Assemblée générale des Nations Unies dans toutes les affaires impliquant Taiwan. En vantant et en embellissant les soi-disant démocratie et contribution de Taiwan et en soutenant Taiwan, les États-Unis tentent de déformer les concepts et d'induire les autres en erreur. Mais la communauté internationale voit clairement les motifs et les intentions des États-Unis. Il y a cinquante ans, les États-Unis ont essayé de créer « une Chine, un Taiwan » ou « deux Chine » au sein des Nations Unies, mais ils ont essuyé des revers. Si les États-Unis cherchent encore aujourd'hui à aller à contre-courant de l'époque, ils se dressent contre les 1,4 milliard de Chinois et la grande majorité des pays du monde. Ils ne pourront que subir un nouvel échec.

Troisièmement, les autorités taiwanaises s'obstinent dans leur position sécessionniste prônant l'« indépendance de Taiwan », refusent de reconnaître le Consensus de 1992, et s'efforcent d'élargir le soi-disant « espace international », allant ainsi plus loin dans la voie du séparatisme visant l'« indépendance de Taiwan ». Il s'agit là de la plus grande menace réelle pour la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan, et de l'origine des frustrations répétées que Taiwan a connues ces dernières années en participant aux activités d'institutions multilatérales telles que l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). En fait, Taiwan dispose d'un accès sans entrave aux informations de l'OACI et de vols pratiques avec de nombreuses villes du monde entier. Dans le respect du principe d'une seule Chine, les experts médicaux et sanitaires de Taiwan peuvent participer aux réunions techniques concernées de l'OMS. Taiwan a accès aux informations en matière de santé publique, y compris en ce qui concerne la COVID-19. Les États-Unis ont instrumentalisé la participation de Taiwan à l'OACI et à l'OMS pour obtenir de la sympathie. Cette tentative est mal calculée et futile.

Quatrièmement, le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains constituent le fondement politique des relations sino-américaines. Les soi-disant Acte des relations avec Taiwan et « six assurances » à Taiwan concoctés unilatéralement par les États-Unis violent gravement le droit international, les normes fondamentales régissant les relations internationales, et le principe d'une seule Chine. La Chine les a fermement rejetées depuis le début. Pendant un certain temps, les États-Unis ont maintenu des paroles et des actes erronés sur la question de Taiwan, auxquels la Chine a déjà apporté des réponses fermes et nécessaires. Si les États-Unis s'entêtent à continuer de jouer sa « carte de Taiwan », cela entraînera inévitablement des risques subversifs pour les relations sino-américaines, compromettra sérieusement la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan et nuira gravement aux intérêts des États-Unis eux-mêmes.

Nous exhortons les États-Unis à honorer fidèlement leurs engagements, à observer effectivement le principe d'une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains, à respecter la résolution 2758 de l'Assemblée générale des Nations Unies, à cesser de faire des remarques irresponsables et erronées, à arrêter d'aider Taiwan à étendre son soi-disant « espace international », à s'abstenir d'envoyer des signaux erronés aux forces prônant l'« indépendance de Taiwan », et à prendre des mesures concrètes pour sauvegarder le fondement politique des relations sino-américaines.

Macao Monthly : Selon des reportages, les investissements chinois ont diminué de 61 % en 2020 en Australie. Le Ministère australien des Affaires étrangères et du Commerce extérieur s'est mis à élaborer un plan visant à promouvoir la diversification des investissements étrangers afin de combler les lacunes causées par le déclin rapide des investissements chinois. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La responsabilité de la baisse des investissements chinois en Australie incombe entièrement à la partie australienne. Depuis quelque temps, certaines personnes du côté australien ont arbitrairement politisé et stigmatisé la coopération économique et commerciale normale entre la Chine et l'Australie, et ont imposé des restrictions injustifiées aux échanges et à la coopération normaux entre les deux pays, ce qui a perturbé la bonne dynamique de la coopération pragmatique entre la Chine et l'Australie et a également affecté la confiance des entreprises chinoises dans leurs investissements en Australie. Certaines personnes de l'Australie ont également affirmé que les investissements chinois ont diminué l'année dernière, mais le fait est que les investissements directs étrangers (IDE) de la Chine ont atteint 153,71 milliards de dollars américains en 2020, soit une augmentation de 12,3 % en glissement annuel, se classant pour la première fois au premier rang mondial en termes de taille des flux.

Comme je viens de le mentionner, l'IDE de la Chine a augmenté de plus de 12 % en glissement annuel, alors que l'Australie a attiré 61 % de moins d'investissements chinois l'année dernière. Cette comparaison est choquante. Le gouvernement chinois encourage les entreprises chinoises à mener des investissements et des coopérations à l'étranger conformément aux principes du marché et aux règles internationales et sur la base du respect des lois locales, et protégera fermement les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises qui investissent et opèrent à l'étranger. Le gouvernement australien doit considérer la coopération entre la Chine et l'Australie de manière objective et rationnelle, fournir un environnement d'affaires équitable, transparent et non discriminatoire aux entreprises chinoises opérant en Australie, et agir davantage en faveur de la confiance mutuelle et de la coopération entre la Chine et l'Australie.

CCTV : Hier, le Premier Ministre Li Keqiang a participé à la 24e Réunion des dirigeants Chine-ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est). Pourriez-vous présenter les détails de l'événement ?

Zhao Lijian : Dans l'après-midi d'hier, le Premier Ministre Li Keqiang a participé par liaison vidéo à la 24e Réunion des dirigeants Chine-ASEAN. Il a indiqué que la Chine prenait toujours l'ASEAN comme une priorité dans sa diplomatie de voisinage et soutenait fermement, comme toujours, la construction d'une communauté de l'ASEAN, le rôle central de l'ASEAN dans la structure régionale, et les efforts de l'ASEAN visant à jouer un rôle plus important dans les affaires régionales et internationales. La Chine est prête à saisir l'opportunité offerte par le 30e anniversaire de l'établissement des relations de dialogue entre la Chine et l'ASEAN, afin que la coopération amicale entre la Chine et l'ASEAN progresse dans la stabilité et la durée, et contribue davantage à la paix, à la stabilité, au développement et à la prospérité de l'Asie.

Le Premier Ministre Li Keqiang a avancé une proposition en six points sur la prochaine étape de la coopération Chine-ASEAN. Premièrement, construire ensemble une ligne de défense pour la santé. La Chine entend augmenter davantage son aide en vaccins et en matériel antiépidémique aux pays de l'ASEAN, et propose de créer le Centre de coopération Chine-ASEAN pour la recherche et le développement en santé publique. Deuxièmement, approfondir l'intégration économique. Il faut promouvoir l'entrée en vigueur rapide de l'Accord de partenariat économique régional global (RCEP). La partie chinoise est prête à lancer officiellement une étude de faisabilité conjointe afin d'identifier les secteurs qui peuvent être ajoutés à la zone de libre-échange Chine-ASEAN. Troisièmement, promouvoir un développement inclusif. Il faut accélérer l'établissement du partenariat de l'économie bleue, mettre en place des institutions spéciales au sein des pays de l'ASEAN et créer des zones pilotes de la coopération pour le développement. Quatrièmement, s'axer sur l'innovation. Nous devons mettre en œuvre le Plan d'action sur le partenariat d'innovation scientifique et technologique Chine-ASEAN pour les cinq ans à venir et formuler le Plan d'action sur la mise en œuvre du partenariat Chine-ASEAN pour l'économie numérique (2021-2025) dans les meilleurs délais. Cinquièmement, étendre la coopération verte. Nous devons mettre en œuvre la Stratégie et plan d'action sur la coopération environnementale Chine-ASEAN (2021-2025), répondre conjointement au changement climatique, et promouvoir de manière rationnelle la transformation et la mise à niveau de l'industrie énergétique et de la structure économique. Sixièmement, consolider les fondements de l'opinion publique. À condition d'assurer la prévention de la COVID-19, nous devons traiter adéquatement, étape par étape, des questions telles que le retour en Chine et la reprise d'études des étudiants des pays de l'ASEAN. Nous continuerons d'augmenter nos contributions au Fonds de coopération Chine-ASEAN.

Les dirigeants des pays de l'ASEAN participants ont salué les progrès encourageants obtenus dans les relations Chine-ASEAN, indiquant qu'ils attendent avec enthousiasme de tenir avec la Chine un sommet commémorant le 30e anniversaire de l'établissement des relations de dialogue entre les deux parties. Les pays de l'ASEAN entendent continuer de travailler avec la Chine pour renforcer la coopération pragmatique dans divers domaines, mettre en œuvre de manière complète et effective la Déclaration sur la conduite des Parties en Mer de Chine méridionale, parvenir dès que possible à un « Code de conduite en Mer de Chine méridionale (COC) » effectif et substantiel, et faire en sorte que le RCEP entre en vigueur dans les plus brefs délais.

Le Premier Ministre Li Keqiang participera également à la 24e Réunion des dirigeants ASEAN-Chine-Japon-République de Corée et au 16e Sommet de l'Asie de l'Est. Veuillez continuer à y faire attention.

Radio Television Hong Kong : La Commission fédérale des communications (FCC) des États-Unis a révoqué l'autorisation d'opérer aux États-Unis de la filiale locale de Chine Telecom sous prétexte de sécurité nationale. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Le département chinois compétent donnera une réponse à votre question spécifique. Veuillez y faire attention.

Associated Press du Pakistan : Hier, le Président Xi Jinping a eu un entretien téléphonique avec le Premier Ministre pakistanais Imran Khan. Pourriez-vous fournir plus d'informations ?

Zhao Lijian : Hier, le Président Xi Jinping s'est entretenu par téléphone avec le Premier Ministre Imran Khan. La Chine a publié un communiqué de presse concerné. Je peux ajouter des points :

Le Président Xi Jinping a rappelé qu'au cours des 70 dernières années depuis l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Pakistan, quelles que soient les évolutions de la conjoncture internationale, les deux parties ont toujours été côte à côte en partageant heur et malheur. Comme l'histoire le prouve pleinement, les deux pays sont des frères « de fer » les plus fiables l'un pour l'autre. Dans la nouvelle situation, la Chine et le Pakistan sont appelés à rester encore plus fermement unis, à faire avancer leur partenariat de coopération stratégique de tout temps, et à construire une communauté d'avenir partagé sino-pakistanaise plus étroite dans la nouvelle ère. Le Président Xi a souligné que la Chine soutenait le Pakistan dans l'exploration d'une voie de développement adaptée à ses propres conditions nationales et qu'elle était disposée à partager ses opportunités de développement de qualité avec le Pakistan. La partie chinoise continuera de soutenir le Pakistan dans sa lutte contre la COVID-19, de mener une coopération de qualité dans la construction du Corridor économique Chine-Pakistan (CECP) afin de libérer continuellement les effets positifs du CECP en faveur de la croissance et de l'amélioration du bien-être social. Les deux parties sont également appelées à renforcer la coopération en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme. La partie chinoise est prête à travailler avec la partie pakistanaise pour renforcer la coordination multilatérale, poursuivre le véritable multilatéralisme par des actions concrètes et promouvoir l'équité et la justice internationales, afin de préserver les intérêts communs des deux parties et de défendre la paix et la stabilité dans le monde.

Le Premier Ministre Imran Khan a dit que le monde actuel était confronté à de nombreux grands problèmes, lesquels nécessitaient une communication et une coopération plus étroites entre le Pakistan et la Chine. Les relations pakistano-chinoises ont résisté à des épreuves, et les deux pays ont toujours partagé heur et malheur et se sont entraidés. Le soutien chinois au Pakistan dans sa lutte contre la COVID-19 a permis de préserver la santé du peuple pakistanais, donnant un exemple de la coopération mondiale contre l'épidémie. Le Pakistan adhère fermement à la politique d'une seule Chine, soutient fermement la position de la Chine sur les questions touchant à ses intérêts vitaux telles que celles liées à Taiwan, à Hong Kong, au Xinjiang, au Tibet et aux droits de l'homme, et soutient fermement l'Initiative pour le Développement Mondial avancée par le Président Xi Jinping. Le Pakistan entend travailler avec la Chine pour favoriser la construction du CECP et une coopération pragmatique dans divers domaines.

Macao Monthly : Le 26 octobre, Angela Merkel s'est officiellement retirée de ses fonctions en tant que Chancelière allemande. Quels sont vos commentaires sur Angela Merkel ?

Zhao Lijian : La Chancelière Angela Merkel attache de l'importance au développement des relations avec la Chine. Elle a effectué 12 visites en Chine au cours de son mandat, initié et coprésidé les six cycles de consultations intergouvernementales sino-allemandes avec la partie chinoise. Elle a promu un développement approfondi et solide de la coopération pragmatique et des échanges amicaux entre les deux pays dans divers domaines, ce qui a apporté des avantages tangibles aux deux pays et à leurs peuples et a contribué à la promotion des échanges et de la coopération entre la Chine et l'Europe ainsi qu'à la paix, à la stabilité et au développement dans le monde. La Chine apprécie hautement cela. Les faits prouvent pleinement que tant que la Chine et l'Allemagne persévèrent dans la consolidation et l'approfondissement de la confiance mutuelle, se traitent sur un pied d'égalité, se concentrent sur la coopération et œuvrent pour des résultats mutuellement bénéfiques et gagnant-gagnant, les relations bilatérales pourront enregistrer sans cesse de nouveaux progrès. Nous nous attendons à ce que le nouveau gouvernement allemand poursuive la politique pragmatique et équilibrée à l'égard de la Chine et consolide le thème principal de la coopération dans les relations sino-allemandes.

RCI : Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi vient de se rendre en visite au Qatar et a rencontré une délégation du gouvernement intérimaire des Talibans afghans à Doha. Pourriez-vous présenter davantage d'informations concernées ?

Zhao Lijian : Les 25 et 26 octobre, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a effectué une visite au Qatar, au cours de laquelle il a rencontré l'Émir Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani et s'est entretenu avec le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Cheikh Mohammed bin Abdulrahman Al Thani.

Lors de ses rencontres avec la partie qatarie, le Conseiller d'État Wang Yi a déclaré que sous l'orientation stratégique des dirigeants des deux pays, les relations sino-qataries ont connu un développement soutenu, sain et stable. La Chine soutient fermement le Qatar dans l'exploration d'une voie de développement adaptée à ses conditions nationales et s'oppose à toute ingérence extérieure dans les affaires intérieures du Qatar. La Chine est prête à travailler avec la partie qatarie pour promouvoir la coopération de qualité dans le cadre de l'Initiative « la Ceinture et la Route », élargir la coopération bilatérale dans divers domaines et faire en sorte que le partenariat stratégique Chine-Qatar enregistre sans cesse de nouveaux progrès. La partie qatarie a déclaré que la Qatar s'était fermement engagé à développer son amitié avec la Chine, qu'il appréciait et soutenait la poursuite de la Chine de la politique démocratique aux caractéristiques chinoises et qu'il s'opposait à l'ingérence de tout pays dans les affaires intérieures de la Chine. La partie qatarie est disposée à travailler avec la Chine pour élargir la coopération mutuellement bénéfique dans le cadre de l'Initiative « la Ceinture et la Route » et porter les relations bilatérales à un niveau supérieur. Elle soutient également l'Initiative pour le Développement Mondial avancée par la partie chinoise et entend adopter une approche active à l'égard de l'Initiative de coopération sur la sécurité des données entre la Chine et la Ligue des États arabes. Les deux parties ont échangé leurs points de vue sur le soutien mutuel dans l'organisation avec succès des Jeux Olympiques d'hiver de Beijing et de la Coupe du monde de football à Doha.

Au cours de sa visite au Qatar, le Conseiller d'État Wang Yi a également eu des contacts respectifs avec le Vice-Premier Ministre par intérim le mollah Abdul Ghani Baradar et le Ministre des Affaires étrangères par intérim Amir Khan Muttaqi du gouvernement intérimaire des Talibans afghans. Le Conseiller d'État Wang Yi a indiqué que l'Afghanistan se trouvait actuellement à un stade critique de passage du chaos à l'ordre et que la Chine entendait conjuguer ses efforts avec la communauté internationale pour promouvoir la mise en œuvre véritable du principe d'un « processus conduit et pris en charge par les Afghans » en Afghanistan et jouer un rôle constructif à cet égard. La Chine attache de l'importance aux difficultés humanitaires auxquelles est confronté actuellement l'Afghanistan, exhorte les États-Unis et d'autres pays occidentaux à lever les sanctions et appelle toutes les parties à nouer des contacts avec les Talibans afghans de manière rationnelle et pragmatique. La Chine est également disposée à continuer de fournir à l'Afghanistan une aide matérielle humanitaire dans la limite de ses capacités. Elle espère et est convaincue que les Talibans afghans rompront définitivement les liens avec toutes les organisations terroristes dont le « Mouvement islamique du Turkestan oriental » (MITO) et prendront des actions concrètes plus résolues pour les combattre. La partie afghane a présenté en détail les politiques intérieures et étrangères pratiquées par le gouvernement intérimaire de l'Afghanistan et a fait des déclarations plus positives qu'avant sur les questions dont s'intéressent la Chine et la communauté internationale. La partie afghane a déclaré qu'ils accordaient une grande importance aux préoccupations de la Chine en matière de sécurité, honoreraient fermement leurs engagements et joindraient leurs actes à leurs paroles. Personne ni aucune force ne sera autorisée à utiliser le territoire afghan pour porter atteinte à la Chine. Les deux parties ont convenu d'établir un mécanisme de liaison pour discuter de la prochaine étape de leurs échanges.

Quotidien du Peuple : Le 26 octobre, Jake Sullivan, Conseiller à la Sécurité nationale du Président des États-Unis, a déclaré que la partie américaine pensait pouvoir adopter une position dure contre le « travail forcé » où qu'il se produise, y compris au Xinjiang, tout en développant sa propre chaîne d'approvisionnement en énergie solaire forte, résiliente et efficace. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Au Xinjiang, en Chine, les habitants vivent et travaillent dans la paix et le bonheur, tous les groupes ethniques coexistent en harmonie et la société jouit de la prospérité et de la stabilité. Le soi-disant « travail forcé » au Xinjiang est purement et simplement un gros mensonge. En faisant du tapage autour du soi-disant « travail forcé », certains politiciens occidentaux se livrent en fait à une manipulation politique sous prétexte de droits de l'homme, s'ingèrent de manière flagrante dans les affaires intérieures de la Chine, contiennent et répriment le développement de la Chine, notamment du Xinjiang, et compromettent la stabilité des chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales. Non seulement leur tentative n'aboutira jamais, mais leur propre crédibilité même celle des États-Unis seront aussi minées à cause de la fabrication et de la diffusion de mensonges.

Je tiens à rappeler à certaines personnes aux États-Unis qu'il y a environ 500 000 enfants qui travaillent dans l'agriculture, de 240 000 à 325 000 femmes et enfants sont réduits en esclavage sexuel aux États-Unis aujourd'hui. Au cours des 5 années écoulées, jusqu'à 100 000 personnes font l'objet d'un trafic vers les États-Unis chaque année à des fins de travail forcé, et la moitié d'entre elles étant vendues dans des « ateliers de misère » ou réduites en esclavage dans des ménages. Certains politiciens américains devraient aller voir l'exposition de photos et d'objets sur l'histoire des Chinois aux États-Unis qui se tient actuellement à New York pour appréhender les expériences tragiques des travailleurs chinois aux États-Unis. Comme le dit un adage, « Sous chaque dormeur se cache le squelette d'un ouvrier chinois ». Ils devraient également aller se renseigner sur La Loi d'exclusion des Chinois en 1882, première loi américaine à restreindre l'immigration d'une nation spécifique et à interdire à ses membres d'acquérir la citoyenneté américaine. Son impact négatif en matière de discrimination raciale à l'encontre des Chinois et des autres personnes d'origine asiatique, persiste encore aujourd'hui. Certains politiciens américains, tout en contournant l'histoire et la réalité de leur propre travail forcé, pointent du doigt les autres pays sur la base de mensonges et de rumeurs. Ils même tentent de faire toutes les mauvaises choses tout en restant à l'abri de punition. Certains individus de la partie américaine devraient se dégriser depuis longtemps.

Beijing Youth Daily : Selon des reportages, le compte à rebours de 100 jours avant le début des Jeux Olympiques d'hiver de Beijing 2022 a eu lieu hier à Beijing. Les médailles des Jeux Olympiques et Paralympiques d'hiver de Beijing 2022 ont également été dévoilées solennellement. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Zhao Lijian : Hier soir, j'ai regardé l'événement transmis en direct et j'étais très excité. Au moment important du compte à rebours de 100 jours avant le début des Jeux Olympiques d'hiver de Beijing, le dévoilement des médailles des Jeux Olympiques et Paralympiques de Beijing 2022 baptisées « Tong Xin », qui signifie la solidarité, annonce au monde que Beijing est prêt à accueillir les athlètes des sports d'hiver du monde entier pour montrer leur performance et remporter de bons résultats lors de l'événement.

Les médailles des Jeux Olympiques d'hiver de Beijing ont fait ressortir la romance à la chinoise. De « l'or incrusté de jade » aux « cercles concentriques », ce qui reste inchangé, c'est le plus grand éloge de Beijing, première ville à accueillir à la fois les Jeux Olympiques d'été et d'hiver, envers la devise olympique « Plus haut, plus vite, plus fort et ensemble ». Du « Cube d'eau » au « Ruban de glace », ce qui reste inchangé, c'est l'invitation adressée par la Chine pour un rendez-vous dans le pays. Du slogan « Un monde, un rêve » à la devise « Ensemble pour un avenir partagé », ce qui reste inchangé, c'est que les 1,4 milliard de Chinois, inspirés par l'esprit olympique, travaillent main dans la main avec les peuples du reste du monde pour aller de l'avant, s'entraider et créer un avenir meilleur. Pour transformer ensemble cette belle vision en réalité, nous œuvrerons, de concert avec toutes les parties, pour faire rayonner l'esprit olympique et offrir au monde un événement olympique sobre, sûr et merveilleux.

AFP : Selon South China Morning Post, une délégation du Parlement européen devait effectuer une visite à Taiwan la semaine prochaine. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Zhao Lijian : La mission chinoise auprès de l'Union européenne (UE) a déjà publié une déclaration à ce sujet. Je tiens à souligner que le principe d'une seule Chine est une norme universellement reconnue régissant les relations internationales et un consensus général de la communauté internationale, mais aussi un engagement solennel pris par l'UE lors de l'établissement des relations diplomatiques avec la Chine. Le Parlement européen est un organe officiel important de l'UE et ses membres doivent respecter scrupuleusement les engagements pris par la partie européenne, traiter les questions liées à Taiwan de manière prudente et appropriée et maintenir le fondement politique du développement des relations Chine-UE. En même temps, je tiens à souligner à nouveau que le peuple chinois est inébranlable dans sa détermination à défendre la souveraineté nationale et l'intégrité territoriale.

Agence de Presse Xinhua : Selon des reportages, le Sénat du Parlement de la République tchèque a récemment invité Joseph Wu, chef du département des affaires étrangères des autorités taiwanaises, à se rendre en visite en République tchèque. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine exprime son profond mécontentement et sa ferme opposition à la provocation malveillante du Sénat de la République tchèque et des personnes concernées. Nous avons déjà déposé des représentations solennelles auprès de la partie tchèque et ferons des réactions légitimes et nécessaires.

Il n'y a qu'une seule Chine dans le monde, Taiwan fait partie intégrante du territoire chinois, et le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légitime représentant la Chine. Il s'agit là d'un fait à toute épreuve, mais également d'une norme fondamentale régissant les relations internationales et d'un consensus général de la communauté internationale. Les manœuvres méprisables de certains individus en République tchèque sont vouées à l'échec. Nous les exhortons à changer de cap au plus vite, sinon ils finiront par subir les conséquences de leurs actes. Nous avertissons également les autorités taiwanaises que toute tentative de rechercher « l'indépendance de Taiwan » en s'appuyant sur des forces étrangères conduira à une impasse. La détermination et la volonté de la Chine à défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale sont inébranlables. La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour écraser résolument toute tentative d'« indépendance de Taiwan ».

Radio Television Hong Kong : Le Conseiller à la Sécurité nationale du Président des États-Unis Jake Sullivan a déclaré que les dirigeants chinois et russe ne participeraient pas au Sommet du G20 ni à la 26e Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26). La possibilité de la rencontre entre le Président Xi Jinping et le Président Joe Biden en marge du sommet du G20 est-elle mince ? M. Sullivan a également indiqué que les Chefs d'État chinois et américain pourraient avoir une réunion par liaison vidéo à la fin de l'année. Avez-vous une date précise pour cette réunion ?

Zhao Lijian : En ce qui concerne les dispositions de la participation de la Chine au Sommet du G20 à Rome, nous les publierons en temps voulu.

Quant à la réunion entre les Chefs d'État chinois et américain par liaison vidéo qui se tiendra avant la fin de l'année, mes collègues et moi-même avons répondu à plusieurs reprises à des questions concernées. Lors de leur rencontre à Zurich, en Suisse, le Directeur Yang Jiechi et le Conseiller Jake Sullivan ont discuté de la tenue d'une réunion vidéo entre les deux Chefs d'État avant la fin de l'année. Je n'ai plus d'informations à vous fournir pour le moment.

Bloomberg : Un segment d'émission télévisée du comédien John Oliver sur le sujet de Taiwan a été diffusé, et a attiré l'attention des médias officiels chinois et des officiels de Taiwan. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Zhao Lijian : Je n'ai jamais entendu parler de cette émission ni le comédien que vous mentionniez, et je n'ai pas non plus eu le temps de la regarder. Je tiens à souligner que les tenants et les aboutissants de la question de Taiwan sont très clairs. La position de la Chine sur la question de Taiwan est constante et claire.

Recommander à:   
Imprimer